Accueil > Recherche > Thèses et Habilitation à Diriger des Recherches > Soutenances récentes et à venir (2018) > Quantification des contributions aux écoulements dans un bassin englacé par modélisation glacio-hydrologique. Application à un sous-bassin de la Dudh Koshi (Himalaya, Népal)









Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

Quantification des contributions aux écoulements dans un bassin englacé par modélisation glacio-hydrologique. Application à un sous-bassin de la Dudh Koshi (Himalaya, Népal)

Soutenance de thèse de Louise Mimeau, 4 mai 2018

11 avril 2018, par Brice Boudevillain

Résumé :

Dans un contexte de recul des glaciers causé par le changement climatique et d’augmentation des besoins en eau due à l’accroissement de la population et au développement économique, quantifier les contributions à l’origine des écoulements dans les bassins versants de montagne himalayens est nécessaire à la gestion de la ressource en eau actuelle ainsi qu’à la recherche de solutions d’adaptation aux impacts du changement climatique.

La modélisation hydrologique est un outil adapté à la compréhension du fonctionnement des bassins versants de montagne cependant, le manque de données météorologique dans les régions de haute altitude et la représentation simplifiée des processus cryosphériques dans les modèles hydrologiques induisent de fortes incertitudes sur la simulation des débits dans les rivières.

Cette thèse vise à quantifier les différentes contributions aux écoulements ainsi que leurs variations saisonnières à l’échelle locale en appliquant un modèle glacio-hydrologique dans un bassin englacé de l’Himalaya népalais.

Une nouvelle paramétrisation de l’albédo de la neige et de la fonte des glaciers couverts ainsi qu’une implémentation d’un module d’avalanche sont ajoutés dans le modèle DHSVM-GDM pour améliorer la simulation du couvert neigeux et de l’évolution des glaciers.

L’analyse du bilan hydrologique simulé avec la nouvelle configuration du modèle montre que les glaciers jouent un rôle important sur les débits à l’exutoire, notamment en hiver où les débits sont principalement contrôlés par l’écoulement de l’eau liquide stockée dans les glaciers.

Cette thèse met en relief la difficulté de quantifier la contribution des glaciers dans les débits de rivière, en effet, sur le bassin étudié, cette contribution est estimée à 45 % de l’écoulement total si on considère la part des écoulements issus de la fonte de glace, ou bien à 70 % si on considère la part des écoulements provenant des zones englacées.

L’incertitude des résultats de modélisation est étudiée en évaluant les impacts de la représentation des processus dans le modèle et de l’incertitude des données de forçage sur la simulation des contributions aux écoulements.

L’incertitude sur la surface englacée dans le bassin génère une incertitude de 20 % sur le volume de fonte de glace simulé et l’incertitude sur les données de précipitations aboutit à une estimation de la contribution de la fonte de glace aux écoulements est comprise entre 28 et 70 % des débits annuels.

Composition du jury :

Dans la même rubrique :