Accueil > Recherche > Equipes > Chimie atmosphérique (CHIANTI) > Thèses > Impact sanitaire des particules atmosphériques : évaluation du potentiel oxydant comme nouvelle métrique d’évaluation et de réglementation.









Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

Impact sanitaire des particules atmosphériques : évaluation du potentiel oxydant comme nouvelle métrique d’évaluation et de réglementation.

Samuel Weber

11 décembre 2017, par Stéphan Houdier

La pollution de l’air aux particules fines (PM) provient de différentes sources d’émissions particulaires. Ma thèse essaie de quantifier l’importance de ces différentes sources (transport, combustion de biomasse, origine crustale, etc) via l’utilisation de modèles statistiques. Cependant, l’impact sanitaire des PM peut être différent selon la composition chimique des particules issues des différentes sources potentielles. Une nouvelle métrique, le potentiel oxydant (PO) des aérosols est à l’étude durant ma thèse afin de mieux caractériser la contribution de chacune de ces sources à la qualité de l’air.
Cette thèse est financée par une allocation doctorale de l’ENS et est supervisée par Gaëlle Uzu et Jean-Luc Jaffrezo de l’IGE.