English

Accueil > Recherche > Equipes > HMCIS > Thèmes de Recherche > Caractérisation des précipitations > Contribution aux observations pluviométriques multi-échelles dans le cadre du projet HyMeX









Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement

Contribution aux observations pluviométriques multi-échelles dans le cadre du projet HyMeX

4 novembre 2016 ( maj : 22 décembre 2016 )

Le LTHE participe au projet international HyMeX (Hydrological Cycle in the Mediterranean Experiment) dédié à l’étude du cycle de l’eau sur les bassins méditerranéens. La période d’observations spéciales (SOP) s’est tenue au cours de l’automne 2012. Les périodes d’observation étendue (EOP) et longue (LOP) se poursuivent respectivement jusqu’en 2014 et 2020. Les dispositifs maintenus par le LTHE visent à renforcer l’observation des pluies intenses, des crues éclairs et des réponses sociales à ces phénomènes sur les régions couvertes par l’Observatoire Hydrométéorologique Mé-diterranéen Cévennes Vivarais (OHMCV). Ils reposaient sur du matériel mis à disposition par les équipes de recherche de l’OHMCV, en particulier le CNRM, le LA et le LaMP, mais également par d’autres équipes internationales (EPFL, Université de Wageningen, NOAA) que l’OHMCV a accompagné sur les sites.

Le dispositif expérimental, présenté sur Fig.1 et Fig.2, permet l’étude de la structure 3D de la pluie, sur une large gamme d’échelles spatiales (du mètre à la centaine de kilomètre), temporelles (de la minute à la durée de l’évènement), en couvrant une région méditerranéenne où le relief est complexe (Fig.3).

Figure 1 : Région Cévennes – Vivarais

Figure 2 : HPicoNet et réseau DSD

Figure 3 : Représentation du réseau d’observation dans un diagramme espace-temps.
L’échelle des abscisses n’est pas régulière par souci de présentation.


Les dispositifs expérimentaux, mis en place, maintenus et coordonnés par le LTHE (Fig.1) concernent le réseau de capteurs mesurant à différentes échelles spatiales les propriétés des précipitations au sol (pluviomètres, disdromètres, anneaux d’induction) et dans les premières couches de l’atmosphère (Micro Rain Radar) à la fois le long de transects altitudinaux et sous forme d’un réseau dense. Les transects altitudinaux permettront de documenter la signature orographique sur la structure 3D des précipitations. Le réseau dense « H-Piconet » (Fig.2) comprend 9 points instrumentés chacun d’un à cinq capteurs (pluviomètre(s), disdromètre(s), station météorologique). Il a pour objectif d’observer la variabilité de la pluie dans le temps et dans l’espace des échelles métriques à celle des réseaux opérationnels. La région choisie est située dans une zone de fort gradient d’extrema pluviométriques en Ardèche.

Le LTHE a participé aux activités des comités exécutifs nationaux et internationaux, au centre d’opération de la SOP basé près de Montpellier, a participé et continuera à assurer 1/ l’alimentation des bases de données OHMCV et HyMeX ; 2/ des mesures des précipitations par radar météorologique en Ardèche et dans le Gard (équipe HMCI, durant l’EOP et le projet ANR FloodScale) ; 3/ des retours d’expériences hydrologiques et sociaux là où des événements significatifs se seront produits sur le bassin méditerranéen (durant la LOP) ; 4/ de l’animation scientifique sur les thèmes « Pluie » et « Crues rapides ».