Accueil > Séminaires > Séminaires 2019 > 10 ans de suivi du bassin glaciaire Austre Lovén, Svalbard, 78°N









Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

10 ans de suivi du bassin glaciaire Austre Lovén, Svalbard, 78°N

Séminaire de E. Bernard (ThéMa/Univ. Franche-Comté), Jeudi 10 Janvier 2019 à 14h, salle Lliboutry, Bât. Glaciologie

19 décembre 2018, par Fabien Gillet-Chaulet

10 ans de suivi du bassin glaciaire Austre Lovén, Svalbard, 78°N

Séminaire de : Eric Bernard, Laboratoire CNRS ThéMa/Univ de Franche-Comté, France.

Résumé :
Depuis 2007, le bassin du glacier Austre Lovén (localisé au NW du Svalbard, sur la presqu’ile de Brøgger, 78°N) a été instrumenté et fait l’objet d’un suivi glaciologique, géomorphologique et hydrologique en continu. Les spécificités morphologiques du bassin en font, en effet, un site privilégié pour mieux comprendre le fonctionnement d’un petit hydrosystème polaire, à échelle spatio-temporelle fine. Les travaux menés intègrent les aspects glaciologiques stricto sensu, mais également l’ensemble des processus périglaciaires liés au fonctionnement de la cryosphère. L’accent a parallèlement été mis sur le continuum terre-mer à travers les transferts de sédiments et les processus d’écoulements. L’objectif est ainsi de quantifier et de qualifier les impacts des changements climatiques contemporains sur les dynamiques hydroglaciologiques et les conséquences indirectement induites, telles que les adaptations/évolutions morphologiques (remodelage pro-glaciaire, phénomènes « d’icings », transports de fonds ou affaissements et glissements de terrains).
Ce suivi à échelle spatio-temporelle fine a par ailleurs mené récemment à une collaboration à travers le programme PrecipA2 porté par l’IGE et dont l’objectif est d’améliorer l’estimation des précipitations liquides et solides dans les Alpes et en Arctique. Concernant l’Arctique, la presqu’île de Brøgger, et le bassin de l’Austre Lovén en particulier, constitue une zone de tests qui permettra d’affiner et de valider les méthodes de traitement par downscaling de l’imagerie satellite RADAR pour l’appliquer ensuite à plus large échelle.