English

Accueil > Séminaires > Séminaires 2017 > Potentiel des données de télédétection pour l’évaluation du rôle de la variabilité climatique et de l’agriculture sur les sécheresses du lac Poopó observées entre 1990 et 2015 sur l’Altiplano Bolivien









Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

Potentiel des données de télédétection pour l’évaluation du rôle de la variabilité climatique et de l’agriculture sur les sécheresses du lac Poopó observées entre 1990 et 2015 sur l’Altiplano Bolivien

Séminaire de Frédéric SATGE : jeudi 9 mars 2017 à 14h, salle OSUG-B 105

par Sandra Rome - 24 février 2017 ( maj : 15 mars 2017 )

Résumé :
En Décembre 2015, la Bolivie a déclaré la région de l’Altiplano en état d’urgence suite à l’assèchement du lac Poopó. La variabilité climatique et l’augmentation de l’utilisation de la ressource en eau sont pointées comme potentiels facteurs responsables de la situation. Le manque de données disponibles dans la région rend difficile l’observation de l’influence réelle de chacun de ces facteurs. Cette étude présente un premier pas vers la compréhension de la sécheresse du lac Poopó via l’utilisation de données de télédétection. La variation de superficie du lac Poopó et les précipitations régionales moyennes sont présentées pour la première fois sur les 26 derniéres années (1990-2015). Trois sécheresses sont mises en évidence. Les deux premières sécheresses (1994 et 1995) sont associées à de fortes anomalies négatives de précipitation alors que la sécheresse de 2015 est associée à de fortes anomalies positives de précipitation. Cette observation suggère donc que d’autres facteurs ont joué un rôle dans la récente sécheresse de 2015. L’étude de l’évapotranspiration régionale a mis en évidence une hausse significative de l’évapotranspiration réelle régionale de 12.8% entre 2000 et 2014. L’augmentation n’est pas homogène sur l’ensemble de la région mais limitée aux principales régions agricoles. Le remplacement de la végétation native par des cultures et l’utilisation de technique d’irrigation ont très vraisemblablement accéléré le processus de désertification régionale et donc augmenté l’évapotranspiration sur ces régions. Lac Poopó, Bolivie ©Satgé {PNG}
De manière plus générale, ce travail a permis de mettre en évidence le potentiel des données de télédetection telles que l’imagerie Landsat, les données MOD16 et différents produits pluie pour le suivi hydrométéorologique de zone arides isolées soumises aux pressions anthropiques et climatiques.

Par Frédéric Satgé, Instituto de Geociências Aplicadas, Universidade de Brasília.

Le séminaire est animé par Céline Duwig (IGE-HyDRIMZ).





Dans la même rubrique :