Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

Paul Valéry - Louanges de l’eau

Les chemins de l’eau et la théorie économique du ruissellement

12 novembre 2018, par Philippe Belleudy

Sur un texte que m’a fait découvrir Vazken Andreassian.

Louanges de l’Eau

Plus d’un chanta le VIN.
Innombrables sont les poètes qui ont, jusqu’au lyrisme, élevé leur ivresse et tendu vers les dieux la coupe de VIN fort que leur âme attendait.
Le VIN très précieux mérite ces louanges. Mais quelle ingratitude et quelle grande erreur chez ceux qui blasphémèrent l’EAU !…
Divine lucidité, Roche transparente, merveilleux Agent de vie, EAU universelle, je t’offrirais volontiers l’hommage de litanies infinies.
Je dirai l’EAU tranquille, luxe suprême des sites, où elle tend des nappes de calme absolu, sur le plan pur desquelles toutes choses mirées paraissent plus parfaites qu’elles-mêmes. Là, toute la nature se fait Narcisse, et s’aime…
L’EAU MOUVANTE, qui par douceur et violence, par suintements et par usure prodigieusement lente, par son poids comme par courants et tourbillons effrénés, par brumes et par pluies, par ruisseaux, par cascades et cataractes, façonne le roc, polit le granit, use le marbre, arrondit le galet indéfiniment, berce et dispose en molles traînes et en douces plages tout le sable qu’elle crée. Elle travaille et diversifie, sculpte et décore la figure morne et brutale du sol dur.
L’EAU MULTIFORME habite les nuées et comble les abîmes ; elle se pose en neige sur les cimes au soleil, d’où pure elle s’écoule ; et suivant des chemins qu’elle sait, aveugle et sûre de son étrange certitude, descend invinciblement vers la mer, sa plus grande quantité.
Parfois, visible et claire, rapide ou lente, elle se fuit avec un murmure de mystère qui se change tout à coup en mugissement de torrent rebondissant pour se fondre au tonnerre perpétuel des chutes écrasantes et éblouissantes, porteuses d’arcs-en-ciel dans la vapeur.
Mais tantôt, elle se dérobe et s’achemine, secrète et pénétrante. Elle scrute les masses minérales ou elle s’insinue et se fraie les plus bizarres voies. Elle se cherche dans la nuit dure, se rejoint et s’unit à elle-même ; perce, transsude, fouille, dissout, délite, agit sans se perdre dans le labyrinthe qu’elle crée ; puis elle s’apaise dans des lacs ensevelis qu’elle nourrit de longues larmes qui se figent en colonnes d’albâtre, cathédrales ténébreuses d’où s’épanchent des rivières infernales que peuplent des poissons aveugles et des mollusques plus vieux que le déluge.
Dans ces étranges aventures, que de choses l’eau a connues !? Mais sa manière de connaître est singulière. Sa substance se fait mémoire : elle prend et s’assimile quelque trace de tout ce qu’elle a frôlé, baigné, roulé : du calcaire qu’elle a creusé, des gîtes qu’elle a lavés, des sables riches qui l’ont filtrée. Qu’elle jaillisse au jour, elle est toute chargée des puissances primitives des roches traversées. Elle entraîne avec soi des bribes d’atomes, des éléments d’énergie pure, des bulles de gaz souterrains, et parfois la chaleur intime de la terre.
Elle surgit enfin, imprégnée des trésors de sa course, offerte aux besoins de la Vie.
Comment ne pas vénérer cet élément essentiel de toute VIE ? Combien peu cependant conçoivent que la VIE n’est guère que l’EAU organisée ?
Considérez une plante, admirez un grand arbre, et voyez en esprit que ce n’est qu’un fleuve dressé qui s’épanche dans l’air du ciel. L’eau s’avance par l’arbre à la rencontre de la lumière. L’eau se construit de quelques sels de la terre une forme amoureuse du jour. Elle tend et étend vers l’univers des bras fluides et puissants aux mains légères.
Où l’EAU existe, l’homme se fixe. Quoi de plus nécessaire qu’une nymphe très fraîche ? C’est la nymphe et la source qui marquent le point sacré où la Vie se pose et regarde autour d’elle.
C’est ici que l’on connaîtra qu’il y a une ivresse de l’EAU. Boire !… Boire… On sait bien que la soif véritable n’est apaisée que par l’eau pure. Il y a je ne sais quoi d’authentique dans l’accord du désir vrai de l’organisme et du liquide originel. Être altéré, c’est devenir autre : se corrompre. Il faut donc se désaltérer, redevenir, avoir recours à ce qu’exige tout ce qui vit.
Le langage lui-même est plein de louanges de l’EAU. Nous disons que nous avons SOIF DE VÉRITÉ. Nous parlons de la TRANSPARENCE d’un discours. Nous répandons parfois un TORRENT de paroles…
Le temps lui-même a puisé dans le cours de l’EAU pure la figure qui nous le peint.
J’adore l’EAU. »

Paul Valéry, « Louanges de l’eau », Œuvres, tome I, Pléiade, Gallimard.

Mesure du ruissellement de surface
Ces étudiants de master cherchent à quantifier le ruissellement de surface d’une parcelle de vigne. Une pluie artificielle intense est appliquée par la structure supérieure, et ici les étudiantes mesurent l’intensité de la pluie et vérifient son homogénéité. La rigole en plastique au premier plan est destinée à recueillir le flux ruisselé en aval de la parcelle.

Contexte

Une note de l’édition de la Pléiade (Œuvres, tome I) nous apprend qu’il s’agit d’un texte publicitaire commandé à Valéry par la marque Périer.

Hydrologie

Ce texte permet de détailler les mécanismes de la théorie économique du ruissellement et de son analogie plus ou moins exacte avec la vraie hydrologie.

Commençons par le début : "L’EAU MULTIFORME habite les nuées et comble les abîmes ; elle se pose en neige sur les cimes au soleil...". Le nuages arrosent donc en amont (mais de façon pas toujours homogène). La théorie économique du ruissellement demande d’irriguer un peu plus les terrains de golf et les premiers de cordée ; mais avec quelle eau ? et au détriment de qui ?

"... d’où pure elle s’écoule ; et suivant des chemins qu’elle sait, aveugle et sûre de son étrange certitude, descend invinciblement vers la mer, sa plus grande quantité.". Non, ce n’est pas sa plus grande quantité ! En moyenne sur l’année et sur l’ensemble du globe terrestre, 65% des précipitations qui arrivent à terre s’évaporent, 24% ruissellent et 11% s’infiltrent (CNRS)

"Je dirai l’EAU tranquille, luxe suprême des sites, où elle tend des nappes de calme absolu, sur le plan pur desquelles toutes choses mirées paraissent plus parfaites qu’elles-mêmes. Là, toute la nature se fait Narcisse, et s’aime…"
Le terrain de golf est plat et le sol est parfois peu perméable. Les précipitations et l’arrosage s’accumulent donc à la surface en flaques, un peu comme ces rentiers qui thésaurisent en achetant de l’or (luxe suprême qui brille !).

"Mais tantôt, elle se dérobe et s’achemine, secrète et pénétrante. Elle scrute les masses minérales ou elle s’insinue et se fraie les plus bizarres voies...."
L’eau s’infiltre donc (les 11% évoqués plus haut, mais aussi la plus grande partie des 65% qui vont ensuite s’évaporer. Suivant les terrains, la quantité sera variable parce que l’infiltration dépend de la qualité du sol, et surtout de la couche de surface et de la pente. Tout ça va donc entrer dans le compte en banque du récipiendaire qui peut avoir diverses formes :

" ... Elle se cherche dans la nuit dure, se rejoint et s’unit à elle-même ; perce, transsude, fouille, dissout, délite, agit sans se perdre dans le labyrinthe qu’elle crée ; puis elle s’apaise dans des lacs ensevelis qu’elle nourrit de longues larmes qui se figent en colonnes d’albâtre, cathédrales ténébreuses d’où s’épanchent des rivières infernales que peuplent des poissons aveugles et des mollusques plus vieux que le déluge."
Rien de bien pertinent sur la théorie économique du ruissellement ici ; mais c’est l’occasion de distinguer les terrains karstiques (calcaires) l’eau va former des fissures larges, des grottes, des rivières souterraines, et l’eau souterraine plus commune qui se contente de remplir les vides entre les grains du sol ; quand la totalité des grains sont remplis, le milieu est dit saturé et l’eau forme une nappe phréatique.

"Comment ne pas vénérer cet élément essentiel de toute VIE ? Combien peu cependant conçoivent que la VIE n’est guère que l’EAU organisée ?
Considérez une plante, admirez un grand arbre, et voyez en esprit que ce n’est qu’un fleuve dressé qui s’épanche dans l’air du ciel. L’eau s’avance par l’arbre à la rencontre de la lumière. L’eau se construit de quelques sels de la terre une forme amoureuse du jour. Elle tend et étend vers l’univers des bras fluides et puissants aux mains légères.
" . Certes les promoteurs de la théorie économique du ruissellement présupposent que le capital va être investi dans les moyens de production, mais il se peut aussi que le capitaliste dépense son argent en fredaines, là plus part du temps sans aucun intérêt pour l’économie ou la planète, des voyages intercontinentaux par exemple qui sont un peu comme le gazon artificiel du golf qui consomme beaucoup d’eau et qui détruit la diversité des milieux naturels, ou bien les grands arbres ornementaux en lisère du golf que je compare aux achats de produits manufacturés importés. Un gaspillage de la ressource donc et toujours rien pour l’investissement qui relance l’économie au profit de tous.

Ce qui ne repart pas dans l’atmosphère va donc alimenter des nappes plus profondes et ressortir sous forme de sources (à plus ou moins long terme les 11%, qui s’ajoute aux 24% qui ruissellent directement.

"Qu’elle jaillisse au jour, elle est toute chargée des puissances primitives des roches traversées. Elle entraîne avec soi des bribes d’atomes, des éléments d’énergie pure, des bulles de gaz souterrains, et parfois la chaleur intime de la terre. Elle surgit enfin, imprégnée des trésors de sa course, offerte aux besoins de la Vie." Je lis et j’interprète à ma manière : seules les richesses qui sont ont issus de l’industrie de l’homme ont une vraie valeur ; les autres dons de la Terre que nous pouvons contempler gratuitement : l’EAU, l’air pur, le soleil, le chant des oiseaux, etc. ne sont pas aussi riches. Je ne commente pas la chaleur intime de la terre ...

Et enfin :
"Boire !… Boire… On sait bien que la soif véritable n’est apaisée que par l’eau pure.". Un peu de sobriété et la planète s’en portera peut-être mieux !

Le seul point où l’analogie ne marche pas : on ne peut pas comparer l’EAU, "Divine lucidité, Roche transparente, merveilleux Agent de vie" à l’argent.

Références

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/cycle/cycleEau.html