Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

Maurice Genevoix - Rémi des Rauches

Espace de liberté et endiguement

22 mai 2018 ( maj : 22 juillet 2018 ), par Philippe Belleudy

Le Père jude

Elle n’aime pas les hommes, disais tu ? mais pourquoi les hommes la bravent-ils comme ils font ? Jour à jour, ils lui volent son domaine. Là où elle coulait hier, ils viennent et sèment leur blé, plantent leur vigne et construisent leurs maisons. Ils ramassent l’argile limoneuse, le sable même qu’elle a laissé, les amoncellent sur sa rive et lui disent : tu ne passeras plus .(…)
Que lui dirai-je, demain, si elle reprend son bien, et si, rentrant là-bas après la crue, je ne retrouve qu’un peu de vase à la place tiède où je dormais ?

Maurice Genevoix - Rémi des Rauches (1922)

L’Isère en amont de Grenoble
L’ancienne rivière en tresse a été corsetée au XIXème siècle par un endiguement serré.

Hydrologie

(rédaction en cours)
La rivière décrite par Maurice Genevoix dans Rémi des Rauches est la Loire, mais les mécanises et les enjeux qui sont décrits ici sont partagés par la plupart des rivières.

La rivière transporte de l’eau, mais aussi des sédiments.
Variabilité des débits. Mobilité du lit. Erosion ici et dépôt ailleurs dans un équilibre dynamique. Définit un "espace de liberté"
Et pour les grandes crues la rivière déborde : dans ses annexes, et dans le lit majeur.

La digue : prévient la divagation, prévient les débordements.

à court terme : modifie la crue
à moyen terme : modifie l’équilibre sédimentaire

Mais quelle doit être la hauteur de la digue ? Définir un objectif de protection et admettre le débordement pour les crues les plus rares. Ne pas augmenter la vulnérabilité "à l’abri" des endiguements.

Sur l’Isère : endiguement serré qui confond les deux fonctions (divagation et débordement). Aménagement actuel en cours pour aménager des débordements contrôlés pour les crues les plus fortes.

Sur la Loire : en général des digues éloignées pour prévenir des débordements dans les "vals". Comme sur l’Isère (et beaucoup de rivières), le désordre morphologique est amplifié par les extractions de matériaux dans la seconde moitié du XXème siècle avec en particulier l’enfoncement du lit et l’envahissement des annexes hydrauliques (bancs de graviers, bras secondaires par la végétation.
Conséquences : diminution de la capacité en crue, appauvrissement des qualités environnementales.

Liens

L’aménagement en cours de l’Isère en amont de Grenoble par le SYMBHI.