Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

François Truffaut & Jean-Luc Godard - Une histoire d’eau

Inondations et déplacements

21 juillet 2018 ( maj : 16 octobre 2018 ), par Philippe Belleudy

Une idée que j’ai piochée dans la malle aux trésors : https://hydrologie.org/LUN/Lundi.htm

Cet article est en cours d’enrichissement continu.

Une histoire d’eau


Court métrage réalisé par François Truffaut et Jean-Luc Godard / date 1958 ou 1961 selon les sources...

Hydrologie

L’inondation revient chaque février (donc d’après cette élément ce n’est pas une crue exceptionnelle, en tout cas pas très compatible avec les images du film) à cause de la fonte des neiges (ici c’est logique !) mais semble indiquer un bassin versant qui va des Alpes à l’Ile-de-France (on se situe ici entre Villeneuve-Saint-Georges et Paris).

Après cela, le film montre en réalité tout ce qu’il ne faut pas faire !

  • Ne pas changer ses habitudes, partir tout de suite sans attendre : "J’avais peur d’être en retard", "arriver avant la tombée de la nuit".
  • Ne pas prendre conscience de l’évolution de la gravité de la situation, et des changements en train de survenir.
  • Se déplacer en voiture et chercher à "prendre les inondations de vitesse".

Il y a malgré tout quelques comportements qui sont sains :

  • Sortir de sa voiture et marcher. Une voiture peut être emportée avec seulement 30 cm d’eau (70 cm pour les plus gros véhicules comme les 4x4). Pour un piéton, c’est 70 cm (à la hauteur des genoux).
  • Tomber amoureuse. C’est d’ailleurs ce que font Albert et Priscilla à l’occasion d’une inondation :"Au printemps dernier, par exemple, Priscilla venait de me trahir avec ce salaud d’Albert, les inondations, les pluies incessantes m’avaient mouillé le cœur. Je souffrais. Plus la Seine sortait de son lit, plus Albert rentrait dans le mien. " (Pierre Desproges, 1984)

On complète la liste des comportements sains et des comportements à éviter :

  • Ne pas rouler la nuit - la perception est encore davantage brouillée
  • Attendre, quitte à partir plus tard du travail
  • Ne pas aller chercher ses enfants à l’école. Sur le trajet aller comme au retour, les parents se mettent en danger, ainsi que leurs enfants.
  • Repérer les risques dans ses trajets quotidiens : si quand il pleut un peu, on repère sur la route des endroits qui se remplissent rapidement, il faut les éviter en cas de fortes crues
  • Se détacher de ses contraintes quotidiennes. Les plus susceptibles d’être touchés lors des crues rapides ? Selon les premiers témoignages recueillis, les actifs, les travailleurs pressés, qui ne prennent pas le temps de voir le changement brutal de situation et qui ont des contraintes professionnelles. Les artisans, les commerçants, les professions intermédiaires, les ouvriers ont davantage de difficultés à annuler leurs déplacements.
  • A l’inverse, les retraités, qui ont moins d’obligations peuvent plus facilement "prendre la décision de ne pas se déplacer", même si cela reste une population beaucoup plus vulnérable.
  • Enfin, les agriculteurs, et "d’autres professions proches de la nature", prennent le temps "d’observer le ciel et les éléments, et aboutissent souvent à de bonnes décisions" - comme se réfugier sur un point en hauteur.

Références

https://www.nouvelobs.com/video/20151005.OBS7104/video-inondations-comment-eviter-de-prendre-de-mauvaises-decisions.html

Ce que je ne sais pas expliquer : la référence à Blondin qui est faite en tout début de film. Je serais heureux d’avoir des indices ou la référence qui font les auteurs.