Accueil > Sciences pour tous > L’encre qui coule de source : l’hydrologie dans la littérature









Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

L’encre qui coule de source : l’hydrologie dans la littérature

Les écrivains font de l’hydrologie sans le savoir. Extraits commentés de textes.

Cette rubrique et les articles attachés sont en cours de rédaction.

Le principe :

- Un texte : On exclura a priori les écrits savants, même savoureux, qui ne sont pas innocents ; on peut citer par exemple les explications de Léonard de Vinci, les écrits des encyclopédistes, ou encore les textes d’Élysée Reclus (« Histoire d’un ruisseau » !). Il y a aussi les descriptions des auteurs régionalistes, où l’auteur baigne dans une rivière bien précise ; par exemple Maurice Genevoix (la Loire), Jean Giono (la Durance), Frédéric Mistral (le Rhône), Mark Twain (le Mississippi) ; on sélectionnera des extraits de ces œuvres dans la mesure où ils ont une portée plus générale.
Il y a enfin les textes de « poètes » où l’auteur décrit l’hydrologie avec sa sensibilité, son ignorance (réelle ?) des choses savantes, ou qu’il rapporte le sens commun. Ce sont ces textes qui seront privilégiés ici pour décrire simplement un aspect de l’hydrologie (la science autour du cycle de l’eau), avec ses mécanismes et ses impacts avec la société.

- Des éléments de contexte s’il sont nécessaires pour accompagner le texte.

- Une analyse du phénomène hydrologique décrit dans le texte. Il peut aussi s’agir d’une méthode utilisée dans notre recherche.

- Une photo issue de nos recherches et libre de droits.
Dans l’état actuel, toutes les illustrations sont sous licence Creative Commons Attribution (Philippe Belleudy) - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

- Des précisions sur les références utilisées, des pistes pour aller plus loin, ou bien les liens vers d’autres articles de vulgarisation.

N’hésitez pas à me faire part des découvertes faites à l’occasion de vos lectures.

Philippe Belleudy


Umberto Ecco - Baudolino

Vignette une

Transport solide par charriage

Là, par une fente, presque une blessure entre deux monts, on voyait le Sambatyon prendre sa source : un bouillonnement d’arène, un gargouillement de tuf, un égouttement de boue, un cliquètement d’éclats, un grondement de limon qui s’encaillotte, un débordement de mottes, une pluie d’argiles peu à peu se transformaient en un flux plus constant qui débutait son voyage vers quelque immense océan de (...)

Lire la suite

Salman Rushdie - Luka and the Fire of Life

Vignette une

Mesure par hydrophone du transport solide par charriage

L’eau, quand elle coule, n’est jamais silencieuse. Les ruisseaux babillent, les cours d’eau gazouillent et un fleuve plus grand et plus large raconte des choses plus profondes et plus complexes. Les grands fleuves s’expriment sur une fréquence très basse, trop basse pour l’oreille humaine, même pour l’oreille des chiens qui sont incapables de saisir les mots qu’ils prononcent ; le Fleuve du Temps (...)

Lire la suite

Voltaire - Zadig ou la destinée

Vignette une

Hydrométrie

(...) Plein de ces idées, il se retira dans une maison de campagne au bord de l’Euphrate. Là il ne s’occupait pas à calculer combien de pouces d’eau coulaient en une seconde sous les arches d’un pont, ou s’il tombait une ligne cube de pluie dans le mois de la souris plus que dans le mois du mouton. Voltaire - Zadig ou la Destinée - chapitre 3 : Le chien et le cheval Contexte Unités de volume (...)

Lire la suite

Maurice Genevoix - Rémi des Rauches

Vignette une

Espace de liberté et endiguement

Le Père jude Elle n’aime pas les hommes, disais tu ? mais pourquoi les hommes la bravent-ils comme ils font ? Jour à jour, ils lui volent son domaine. Là où elle coulait hier, ils viennent et sèment leur blé, plantent leur vigne et construisent leurs maisons. Ils ramassent l’argile limoneuse, le sable même qu’elle a laissé, les amoncellent sur sa rive et lui disent : tu ne passeras plus .(…) Que lui (...)

Lire la suite

William Henry Davies - The Rain

Vignette une

Interception de la pluie

I hear leaves drinking rain ; I hear rich leaves on top Giving the poor beneath Drop after drop ; ’Tis a sweet noise to hear These green leaves drinking near. And when the Sun comes out, After this Rain shall stop, A wondrous Light will fill Each dark, round drop ; I hope the Sun shines bright ; ’Twill be a lovely sight. Hydrologie Ce poème illustre le phénomène de (...)

Lire la suite

Stéphane Mallarmé - L’Azur

Vignette une

Convection dans l’atmosphère

De l’éternel Azur la sereine ironie Accable, belle indolemment comme les fleurs, Le poète impuissant qui maudit son génie A travers un désert stérile de Douleurs. Fuyant, les yeux fermés, je le sens qui regarde Avec l’intensité d’un remords atterrant, Mon âme vide. Où fuir ? Et quelle nuit hagarde Jeter, lambeaux, jeter sur ce mépris navrant ? Brouillards, montez ! versez vos cendres monotones (...)

Lire la suite

Étienne Chatillez - La vie est un long fleuve tranquille

Vignette une

Mais enfin Maman ! film réalisé par Étienne Chatiliez et sorti en 1988 Hydrologie À l’aval, un cours d’eau peut sembler plus tranquille par comparaison à un torrent ou une portion de rivière plus en amont. Le bassin versant est étendu et l’hydrologie est tempérée. Il est exceptionnel qu’une crue provienne des contributions simultanées de l’ensemble du bassin. Les enjeux sont plus grands (...)

Lire la suite

Marcel Proust – Du côté de chez Swann

Vignette une

Macrophytes et macrostructures turbulentes

[( Titre de l’extrait Bientôt le cours de la Vivonne s’obstrue de plantes d’eau. Il y en a d’abord d’isolées comme tel nénufar à qui le courant au travers duquel il était placé d’une façon malheureuse laissait si peu de repos que, comme un bac actionné mécaniquement, il n’abordait une rive que pour retourner à celle d’où il était venu, refaisant éternellement la double traversée. Poussé vers la rive, son (...)

Lire la suite

Michel Sardou - La pluie de Jules César

Vignette une

Cycle hydrologique et physique moléculaire

La pluie de Jules César Il est mort aujourd’hui. Y a pas de quoi s’en faire. Il est comme la pluie : Il retourne à la terre. Il va nourrir le blé Dont tu feras le pain. Il n’y a pas, Il n’y a pas De fin. La pluie de Jules César Est la même que celle Qui m’a mouillé, ce soir, Dans la rue de Courcelles. C’est un aller-retour, Un instant d’infini. Rien n’est jamais, Rien n’est jamais Fini. On meurt (...)

Lire la suite

Jean de La Fontaine - Le loup et l’agneau

convection et diffusion / torrentiel et fluvial / droit de l’eau

(en cours de rédaction) [( Le loup et l’agneau La raison du plus fort est toujours la meilleure : Nous l’allons montrer tout à l’heure. Un Agneau se désaltérait Dans le courant d’une onde pure. Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure, Et que la faim en ces lieux attirait. Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ? Dit cet animal plein de rage : Tu seras châtié de ta témérité. – (...)

Lire la suite

à venir

d’autres textes sous le coude...

Victor Hugo - Dicté en présence du glacier du Rhône - Mouvement des glaciers / Notion de source d’un fleuve / Cycle hydrologique Arthur Rimbaud - Bateau ivre - Limite maritime du fleuve. Balzac - Le curé du village - Aménagements et barrages. Gustave Flaubert - Dictionnaire des idées reçues - Mémoire des crues. Héraclite - On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve - Cycle (...)

Lire la suite