English

Accueil > Recherche > Thèses et Habilitation à Diriger des Recherches > Soutenances récentes et à venir > Localiser une archive glaciaire de 1.5 millions d’années par une approche multi-modèles









Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

Localiser une archive glaciaire de 1.5 millions d’années par une approche multi-modèles

Soutenance de thèse d’Olivier Passalacqua, 13 octobre 2017

par Brice Boudevillain - 14 septembre 2017

Résumé

Les glaces de l’Antarctique constituent un matériau d’archivage unique pour garder la trace de l’atmosphère du passé. La plus ancienne archive glaciaire actuellement disponible (800 ka) ne permet malheureusement pas d’étudier une transition climatique majeure qui s’est déroulé entre 1.2 Ma et 0.9 Ma (transition du mi-Pleistocène). Localiser un site ayant permis la conservation d’une glace aussi ancienne est donc un enjeu majeur au sein de la communauté des carottes de glace. Plusieurs régions autour du Dôme C (Antarctique de l’Est) présentent de bonnes caractéristiques d’un point de vue thermique et mécanique. Le but de ces travaux est d’identifier précisément des sites propices à un archivage de long terme, en utilisant différents modèles successifs. D’abord un modèle thermique 1D, qui permet de calculer le flux géothermique local, et d’affirmer que les hauteurs du socle sont exemptes de fusion depuis au moins 800 ka. Ensuite un modèle 3D d’écoulement, qui permet la description des trajectoires des particules de glace depuis la surface jusqu’au socle. Pour minimiser les perturbations stratigraphiques, il conviendra de placer le site de forage proche de la crête, et pour assurer une résolution suffisante le site ne devra pas se trouver à l’aplomb du sommet du relief basal, mais sur son flanc. Enfin, on utilise un modèle de datation 1D contraints par les isochrones, pour connaître la distribution des âges basaux et résolutions compatibles avec les isochrones observées, et estimer les risques de succès ou d’échec du forage. On propose quelques sites de forage distants d’environ 37 km de Dôme C, pour lesquels la présence de glace exploitable de 1.5 Ma et d’une résolution suffisante est hautement probable.