English

Accueil > Recherche > Equipes > HMCIS > Thèses > Aurélien Despax, co-lauréat du Prix Henri Milon 2017









Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement

Aurélien Despax, co-lauréat du Prix Henri Milon 2017

17 juillet 2017

Ce prix, décerné tous les ans par la Société Hydrotechnique de France, distingue les travaux de thèses particulièrement remarquables dans le domaine de l’hydrologie.

Aurélien a soutenu sa thèse le 27 septembre 2016. Ce travail intitulé "Incertitude des mesures de débit des cours d’eau au courantomètre. Amélioration des méthodes analytiques et apports des essais interlaboratoires" a été préparé dans l’équipe HMCIS de l’IGE sous la direction d’Anne-Catherine FAVRE.

Résumé :

Lors des crises (sécheresses ou crues) les données hydrométriques participent directement aux processus de décision pour la gestion en temps réel de la ressource en eau mais également à l’analyse a posteriori pour le règlement des litiges. Pour pouvoir prendre des décisions cohérentes, il est alors essentiel de connaître l’incertitude associée aux données de débit. Si les techniques hydrométriques se sont nettement améliorées au cours des dernières décennies, l’estimation des incertitudes reste un défi pour la communauté de l’hydrométrie.
Cette étude, portant sur la quantification des incertitudes des jaugeages au courantomètre, s’inscrit dans une suite de travaux récents dont la perspective vise la mise à jour potentielle de la norme ISO 748. Une méthode de propagation analytique des incertitudes, nommée FLAURE, est exposée dans ce manuscrit. Elle permet de pallier les inconvénients des méthodes existantes et vise l’objectivation des différentes sources d’incertitude. Une attention particulière est portée au terme prépondérant d’incertitude dû à l’intégration latérale des profils de vitesse et de bathymétrie. Pour cela un lien a été établi entre un indice de qualité d’échantillonnage et les erreurs d’interpolation latérale des profils grâce à l’étude de jaugeages à haute résolution latérale de mesure.
En l’absence d’étalon de référence en termes de débit d’un cours d’eau, l’apport des essais interlaboratoires, permettant d’obtenir une estimation de l’incertitude dans les conditions des essais, est discuté. La confrontation des approches analytiques à deux campagnes d’essais interlaboratoires a montré les limites de ces deux approches et n’a pas permis de mettre en évidence une méthode analytique fiable. Néanmoins, la multiplication des campagnes d’essais de ce type dans des conditions variées permettra, à terme, d’aboutir à un calcul d’incertitude plus fiable grâce notamment à l’estimation de composants d’incertitude jusqu’alors omis.





Pour en savoir plus sur les travaux d’Aurélien
La thèse en ligne au bout de ce lien
Pour en savoir plus sur le Prix Henri Milon





Dans la même rubrique :