English

Accueil > Recherche > Equipes > CYME > Thèmes de Recherche > Climatologie > Evidences d’une variabilité hydro-climatique décennale dans les Andes tropicales Sud









Rechercher


Evidences d’une variabilité hydro-climatique décennale dans les Andes tropicales Sud

par Jean Pierre Dedieu - 5 février 2017 ( maj : 4 février 2017 )

Article rédigé par Clémentine Junquas (IRD-IGE)

Publication :
Segura H. Espinoza J.C., Junquas C., Takahashi K. 2016. Evidencing Decadal and Interdecadal Hydroclimatic Variability over the Central Andes. Environmental Research Letters. 11 094016. doi:10.1088/1748-9326/11/9/094016.

Mieux comprendre les précipitations dans les Andes tropicales est essentiel pour une meilleure gestion des ressources hydriques au Pérou. Dans cette région, l’agriculture est la principale activité économique et dépend directement des précipitations et de sa variabilité. Ainsi, durant les années d’évènements El Niño, de fortes sécheresses se produisent dans les Andes péruviennes, provoquant de forts impacts sur l’agriculture et l’économie de cette région.

Des études récentes conduites en collaboration entre la communauté scientifique péruvienne et l’Institut français de Recherche pour le Développement (IRD) ont fourni des avancées significatives dans la compréhension du phénomène El Niño et ses impacts sur les précipitations péruviennes. De nouveaux indices océaniques ont été définis par Takahashi et al. (2011) afin d’étudier de manière différenciée les évènements El Niño du Pacifique central (NC) et les évènements El Niño du Pacifique Est (NE). Lavado-Casimiro and Espinoza (2014) ont évalué les impacts de chaque type d’El Niño sur les pluies au Pérou. Les résultats ont montré que les précipitations des Andes du Sud du Pérou diminuent pendant les évènements NC. Cependant, tous les évènements El Niño n’ont pas pour conséquences des sècheresses extrêmes, ce qui suggère le rôle d’autres processus pouvant influencer la variabilité du climat dans cette région.

Alors que la majorité des études réalisées par la communauté scientifique internationale analysent principalement la variabilité des précipitations à une échelle interannuelle (changements d’une année à une autre), peu d’efforts ont été dédiés à comprendre la variabilité à des échelles de temps décennale à inter-décennal (changements entre décennies) dans la région andine. Récemment, Segura et al. (2016) ont mis en évidence pour la première fois une variabilité hydroclimatique décennale dominante dans les Andes centrales pour la période 1956-2013 (Fig. 1). Dans cette étude, les auteurs analysent la variabilité des précipitations dans les Andes centrales en utilisant des données hydrologiques comme proxys des précipitations. Les données utilisées sont issues de stations in-situ de la côte du Sud du Pérou, de l’Altiplano et de l’Amazonie andine (stations situées entre 50m et 3800m au-dessus du niveau de la mer, Fig. 1a).

A partir de l’analyse des séries temporelles des données hydrologiques de chaque station, des périodes humides et sèches ont été identifiées pour des périodes durant entre 8 et 20 ans (Fig. 1b). Cette variabilité est associée aux changements de température de la mer dans la zone Centre-Ouest de l’Océan Pacifique et du vent zonal d’altitude à 200hPa au-dessus des Andes centrales. Ces résultats suggèrent que l’intensité des impacts hydrologiques dans les Andes centrales durant les évènements El Niño est influencée par la variabilité basse fréquence documentée pour la première fois dans cette étude.

Figure 1. a) Andes centrales et stations hydrologiques analysées : 1) Aguas Calientes, 2) La Tranca, 3) La Pascana, 4) Santa Rosa, 5) Camaná, 6) Huatiapa, 7) Titicaca, 8) Rurrenabaque (Bolivie). b) La ligne verte montre la variabilité décennale dominante dans la région pendant la période 1953-2013 avec l’alternance de périodes humides (wet) et sèches (dry). Adapté de Segura et al. (2016).

Par exemple, l’évènement El Niño de 1983 a coïncidé avec des valeurs négatives de la variabilité décennale des précipitations, produisant ainsi une sécheresse extraordinaire dans la région de l’Altiplano. En revanche, pendant l’évènement El Niño extraordinaire de 1998, la sécheresse dans l’Altiplano n’a pas eu d’impacts comparables à celui de 1983 ; cela s’explique par des valeurs positives de la variabilité hydroclimatique décennale (Fig. 1b). Au contraire, en 1992, durant des conditions très négatives de la variabilité décennale, un évènement El Niño modéré a causé une sècheresse très marquée dans les Andes centrales.

Ces résultats sont particulièrement importants pour la compréhension de la variabilité des précipitations dans les Andes centrales et la prévisibilité d’évènements extrêmes. En effet, alors qu’El Niño joue un rôle clé dans la modulation de la variabilité des précipitations à échelle interannuelle, les précipitations dans les Andes centrales présentent une variabilité décennale dominante, qui ne répond pas nécessairement à El Niño.

Une vidéo résumée de l’article Segura et al. (2016) ici :
https://youtu.be/Og5vbI3ejRM

Une note de presse dans le journal national Peru21 (24/09/2916) sur la publication de l’article Segura et al. (2016) ici (en espagnol) : http://peru21.pe/opinion/abraham-levy-ojo-lluvias-sierra-sur-2257961

Références

Lavado-Casimiro W. and Espinoza J.C. 2014. Impacts of El Niño and La Niña in the precipitation over Perú (1965–2007) Revista Brasileira de Meteorologia 29 171–82

Segura H. Espinoza J.C., Junquas C., Takahashi K. 2016. Evidencing Decadal and Interdecadal Hydroclimatic Variability over the Central Andes. Environmental Research Letters. 11 094016. doi:10.1088/1748-9326/11/9/094016.

Takahashi, K., A. Montecinos, K. Goubanova y B. Dewitte., 2011. ENSO regimes :
Reinterpreting the canonical and Modoki El Niño, Geophysical Research Letters.
38, L10704, doi:10.1029/2011GL047364

Contacts :
clementine.junquas@univ-grenoble-alpes.fr
jhan-carlo.espinoza@igp.gob.pe

Voir en ligne : Vidéo Segura et al. (2016)