English

Accueil > Recherche > Equipes > Chimie atmosphérique (CHIANTI) > Thèses > Qualité de l’air dans la Vallée de l’Arve : météorologie locale et mesures de réduction des émissions liées au chauffage au bois









Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement

Qualité de l’air dans la Vallée de l’Arve : météorologie locale et mesures de réduction des émissions liées au chauffage au bois

Julie ALLARD

par Aurelien Dommergue - 18 janvier 2017

La Vallée de l’Arve est le contexte d’importants dépassements des seuils réglementaires européens sur la qualité de l’air entraînant des conséquences autant sanitaires qu’économiques. Les concentrations élevées, notamment de PM10, se déroulent généralement en hiver. Cela est expliqué par des émissions de combustion plus intenses, particulièrement le chauffage au bois et par des phénomènes d’accumulation des particules proches du sol, formés en raison de la météorologie locale de vallée encaissée. L’objectif de cette thèse est de poursuivre le travail entrepris dans le cadre du projet DECOMBIO, d’exploiter les données des différents dispositifs de mesures afin de mesurer l’efficacité durant et a posteriori de la politique de rénovation des appareils de chauffage au bois domestiques sur la qualité de l’air dans la Vallée de l’Arve en tenant compte des conditions météorologiques. Ce projet permettra la création d’une méthodologie d’évaluation d’actions d’améliorations de la qualité de l’air applicable même en terrain complexe et d’affiner nos connaissances sur le mécanisme des épisodes de pollution dans la Vallée de l’Arve, ce qui permettra à terme une meilleure prévision et anticipation. Les points de blocage scientifiques que cherchera à lever cette thèse sont liés à l’adaptation des méthodologies à un terrain complexe de vallée encaissée. De nombreuses sources de combustion (biomasse, fuel, véhiculaire, industries) se juxtaposent dans les mesures de qualité de l’air. S’assurer que les méthodes utilisées permettent sur les 5 ans du programme une déconvolution appropriée des sources « combustion de biomasse » et « combustions de fuel fossile » est une grande avancée. D’autre part, l’évaluation des hauteurs de couche d’inversion au sol et la mesure de son influence sur la concentration particulaire est relativement complexe dans ce genre de contexte car relève de nombreux phénomènes locaux dus à la topographie particulière. Enfin, l’estimation des émissions dans un cadastre local sous SIG est sujette à des incertitudes nombreuses, qu’il faudra prendre en compte.

Date de début et de fin : octobre 2015 - septembre 2018

Financement : ADEME

Directeurs : Jean-Luc Jaffrezo (LGGE) et Jean-Luc Besombes (LCME)

Mots-clef : Pollution atmosphérique, sources de combustion, conditions météorologiques locales, programme DECOMBIO