English

Accueil > Recherche > Equipes > Chimie atmosphérique (CHIANTI) > Projets > Part des émissions de combustion de la biomasse aux PM10. Hiver 2014-2015









Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

Part des émissions de combustion de la biomasse aux PM10. Hiver 2014-2015

par Stéphan Houdier - 20 octobre 2017

Cette étude s’inscrit dans la continuité des travaux menés depuis une dizaine d’années afin de mieux évaluer l’impact du chauffage résidentiel au bois sur les niveaux de PM 10 enregistrés sur différents sites en France. Cette étude, pilotée par l’INERIS avec le LGGE en partenaire, propose de réaliser un travail combinant des mesures sur filtres et des mesures par AE33 au cours de l’hiver 2014-2015. Le présent rapport rend compte des résultats obtenus à l’aide des mesures sur filtres, réalisées pour 10 sites de fond urbain du programme CARA au sein de grandes agglomérations françaises (constituant à ce jour le plus large panel de sites étudiés simultanément en France). Les prélèvements ont été réalisés sur une période hivernale élargie s’étendant de mi-novembre 2014 à mi-avril 2015. Sur cette période, les contributions journalières moyennes aux PM 10 de la combustion de biomasse sont globalement comprises entre 18% et 36%, les plus faibles niveaux étant obtenus pour Marseille et les plus élevés pour Grenoble. Parmi les autres agglomérations étudiées, Bordeaux et Poitiers présentent également des contributions journalières très élevées (environ 30%). Pour les autres sites (Rouen, Reims, Strasbourg, Nantes, Lyon, et Nice), cette contribution est estimée à environ 20%. Ces résultats sont en bon accord avec ceux obtenus précédemment, pour certains de ces sites ou pour d’autres agglomérations françaises, confirmant l’importance de l’influence du chauffage résidentiel au bois sur la qualité de l’air de l’ensemble du territoire métropolitain en hiver.