Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

Bilan DECOMBIO

Impact sur la qualité de l’air du renouvellement d’appareils de chauffage au bois

2 octobre 2018, par Stéphan Houdier

Le programme DECOMBIO vient de s’achever après 5 ans de travaux dans la Vallée de l’Arve. Ce projet financé par Primequal et l’ADEME avait pour objectifs d’évaluer l’impact d’une action pilote de réduction des émissions du chauffage au bois résidentiel à partir de mesures de terrain. Cette action, le Fonds Air Bois, est déjà aujourd’hui mise en place sur 17 autres territoires français dont Grenoble-Alpes-Métropole ou la vallée du Grésivaudan.
Les objectifs du projet étaient :
• de mettre en place des moyens de suivi de la contribution de la combustion de la biomasse aux particules PM10 sur 3 sites représentatifs de la vallée durant 4 hivers (2013-14 à 2016-17)
• de déterminer s’il était possible d’observer une diminution de leurs concentrations au cours cette période
• d’évaluer si cette éventuelle tendance à la baisse pouvait être rapportée aux diminutions d’émissions espérées par le remplacement des appareils de chauffage au bois non performants réalisés sur le territoire (1932 appareils remplacés sur cette période, correspondant à 17% des appareils non-performants estimés).

Des résultats majeurs ont été acquis à l’issue de ce programme.
1) nous avons pu confirmer que la combustion de la biomasse est bien la source principale des PM10 en période hivernale (avec entre 60 et 75 % de la masse des PM10 en moyenne), et que la qualité de l’air en dehors de ces périodes est meilleure que sur de nombreux sites du territoire national ;
2) nous avons pu mettre en avant l’influence fondamentale de la météorologie (et en particulier des inversions de températures) sur les concentrations de PM10 durant ces périodes hivernales ;
3) la prise en compte de ces effets météorologiques, grâce à une classification des journées d’observation novatrice, nous a permis de comparer, pour des conditions similaires, les évolutions des concentrations de PM10 entre les 4 hivers ;
4) une décroissance des concentrations des PM10 issues de la combustion de la biomasse a pu être mise en avant : de 2 et 10% en moyenne selon les classes météorologiques sur le site de Passy et de 9 et 19% par hiver pour les 3 sites de mesures pour la classe météorologique « Dispersion », classe illustrant une situation de pollution de fond.
5) en pourcentage, ces diminutions sont légèrement plus élevées que celles estimées pour le renouvellement des dispositifs de chauffage individuels dans les zone d’influence des mesures.

Le rapport final complet du programme est disponible sur le lien suivant : https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/deconvolution-combustion-biomasse-particules-vallee-arve_2018.pdf

Une synthèse sera prochainement disponible sur le site www.primequal.fr.
L’objectif initial du Fonds Air Bois, correspondant au renouvellement de 30% des appareils non-performants, a été atteint en juillet 2018. L’évaluation de cette action se poursuit jusqu’à l’hiver 2018-2019 dans le cadre du projet DECOMBIO 2, soutenue par l’ADEME et porté par l’IGE. D’autres objectifs, concernant notamment une meilleure caractérisation du lien entre les situations d’inversions thermiques et les concentrations de PM10 seront traités dans le cadre de ce projet.

Figure : Evolutions moyennes des concentrations de PM10wb (wb pour wood burning) au cours des 4 hivers (du 15 novembre au 15 mars de chaque hiver) et pour les 4 classes de conditions météorologiques à Passy. La moyenne des concentrations de PM10wb pour chaque hiver est représentée par le carré tandis que l’aire grisée représente l’intervalle de confiance à 95%. Les barres horizontales noires représentent respectivement le premier et troisième quartile des concentrations. Le résultat pour la classe « Inversion » est donné à titre indicatif, les conditions météorologiques étant statistiquement différentes entre les hivers pour cette classe.

Contact scientifique :
Jean-Luc Jaffrezo IGE/CNRS : jean-luc.jaffrezo@univ-grenoble-alpes.fr
Julie Allard IGE : julie.allard@univ-grenoble-alpes.fr