français

Home > Home > Scientific results > L’importance des extractions de particules atmosphériques dans des fluides pulmonaires artificiels pour des résultats plus pertinents de leur potentiel oxydant









Search



OSUG - Terre Univers Environnement

L’importance des extractions de particules atmosphériques dans des fluides pulmonaires artificiels pour des résultats plus pertinents de leur potentiel oxydant

by Herve Denis - 25 September 2017 ( maj : 15 September 2017 )

La pollution atmosphérique particulaire est une préoccupation majeure pour la santé publique. Les particules (PM) induisent un stress oxydatif pulmonaire qui joue un rôle clé dans les affections cardio-respiratoires causant plusieurs millions de décès prématurés dans le monde chaque année. Le potentiel oxydant (PO), une propriété des particules qui intègre leur taille, composition, et surface spécifique est une métrique récente et prometteuse de l’exposition à la pollution particulaire, en complément des simples mesures de concentrations massiques actuellement réglementées.

Le PO peut être déterminé par plusieurs tests biochimiques acellulaires et diverses autres méthodologies, mais à ce jour aucun consensus n’existe et les protocoles ne sont pas standardisés. La plupart des études extraient les particules dans des fluides peu représentatifs des conditions physiologiques rencontrées par les PM dans les poumons. Deux équipes de l’IGE ont étudié l’impact sur le potentiel oxydatif des PM avec le test DTT, une des méthodologies de PO les plus répandues, après une extraction dans plusieurs fluides pulmonaires simulés, en tenant compte de la bioacessibilité. Ceci est très important, car de récentes études toxicologiques suggèrent que seule la fraction biodisponible des PM est susceptible d’atteindre la circulation sanguine où surviennent les réactions inflammatoires.

La principale constatation de cette étude est que tous les extraits de fluides pulmonaires simulés induisent des résultats de PO différents pour les PM par rapport à une simple extraction dans l’eau. Nos conclusions montrent que l’extraction dans l’eau, largement utilisée pour les mesures OP, tend à surestimer l’OP des PM ambiantes.

Ces résultats devraient intéresser les disciplines de la santé. Des études très récentes ont combiné des données épidémiologiques et plusieurs mesures de PO pour évaluer les liens entre la mesure PO et les pathologies observées, avec des résultats contradictoires. De tels résultats divergents suggèrent un lien manquant, que la bioaccessibilité pulmonaire pourrait expliquer. Ces résultats sont à prendre en compte dans le cadre d’une future standardisation des tests de PO nécessaire avant son éventuelle implémentation en routine dans les mesures de la qualité de l’air.

Cinétique de consommation du DTT (substitut d’anti-oxydant permettant de mesurer le potentiel oxydant) en fonction la concentration molaire de 1, 4 Naphtoquinone (un composé redox-actif contribuant significativement au PO des aérosols sous nos latitudes) dans les 4 milieux d’extractions (ALF, Gamble et Gamble +DPPC sont des fluides pulmonaires reconstitués et sont comparés avec une extraction à l’eau). Les barres d’erreurs correspondent aux déviations standards des triplicats.

Reference : Calas, A., Uzu, G., Martins, J.M.F., Voisin, D., Spadini, L., Lacroix, T., & Jaffrezo, J.L. The importance of simulated lung fluid (SLF) extractions for a more relevant evaluation of the oxidative potential of particulate matter. Doi 10.1038/s41598-017-11979-3

Lien vers l’article : www.nature.com/articles/s41598-017-11979-3

contact IGE : gaelle.uzu@ird.fr





Also in this section :