English

Accueil > Page d’accueil > Actualités > La fréquence et l’intensité des crues torrentielles de Haute Maurienne reconstituées au cours des 6000 dernières années









Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement

La fréquence et l’intensité des crues torrentielles de Haute Maurienne reconstituées au cours des 6000 dernières années

par Herve Denis - 13 juillet 2017

Mieux estimer la variabilité future des risques hydrologiques est un enjeu sociétal fort qui nécessite de pleinement comprendre les relations qui lient la variabilité climatique à celles des extrêmes hydrologiques. Cependant, la période couverte par les observations rend l’identification de tendances des extrêmes difficile. C’est pourquoi les archives historiques et naturelles font de plus en plus souvent l’objet d’étude, permettant de reconstituer des chroniques de crues couvrant les derniers siècles aux derniers millénaires. (Voir par exemple le PAGES Floods Working Group)

Dans ce contexte, une équipe de chercheurs de Chambéry et Grenoble (EDYTEM, IGE, LECA) vient tout juste de publier la plus longue reconstitution jamais réalisée permettant d’appréhender l’évolution à la fois de la fréquence et de l’intensité des crues des 6000 dernières années. Cette reconstitution a été réalisée à partir de l’étude des sédiments du Lac de Savine (Haute-Maurienne), site particulièrement sensible aux événements hydro-météo dits de « retour d’est ». Ce travail repose sur une analyse sédimentaire et géochimique haute-résolution qui a permis d’identifier environ 200 dépôts de crues dans la séquence sédimentaire qui couvre les 6000 dernières années. Le croisement avec des dates de crues historiques a permis de valider l’origine « crue » de ces dépôts, mais également de confirmer que les crues enregistrées sont principalement liées à des retours d’est. Une autre originalité de cette étude est l’analyse d’ADN fossile pour documenter le pastoralisme sur l’ensemble de la période d’étude, et vérifier que le signal de crue reconstitué n’est pas altéré par ces activités anthropiques.

Enfin, cette chronique a mis en évidence :

  1. une transition paléo-hydrologique marquée vers 4000 ans avant nos jours (faible fréquence de crues avant cette date) qui avait déjà été identifiée par plusieurs études dans les Alpes,
  2. une forte variabilité de la fréquence de crues à l’échelle séculaire après cette date qui pourrait être liée à de longues périodes de minima solaires et,
  3. les périodes caractérisées par des fréquences de crues plus importantes correspondent également aux périodes d’occurrence des crues les plus intenses
Prélèvement hivernal des sédiments du Lac de Savine (2450m, Haute Maurienne)

Contact : Bruno Wilhelm, IGE UMR5001, CNRS / UGA, bruno.wilhelm@univ-grenoble-alpes.fr
Référence : 6-kyr record of flood frequency and intensity in the western Mediterranean Alpes Interplay of solar and temperature forcing. Sabatier P., Wilhelm B, Ficetola G.F., Moiroux F., Poulenard J., Develle A.L., Bichet A., Chen W., Pignol C., Reyss J.L., Gielly L., Bajard M., Perrette Y., Malet E., Taberlet P., Arnaud F. (2017) Quaternary Science Reviews 170, 121-135