English

Accueil > IGE > Présentation de l’unité









Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement

Présentation de l’unité

par Administrateur - 4 mars 2014 ( maj : 11 janvier 2017 )

L’Institut des Géosciences de l’Environnement (IGE) est un laboratoire public de recherche en Sciences de la Planète et de l’Environnement, créé au 1er janvier 2017 à partir de la fusion des unités de recherches LGGE (Laboratoire de Glaciologie et de Géophysique de l’Environnement) et LTHE (Laboratoire d’étude des Transferts en Hydrologie et Environnement). L’IGE est une unité mixte de recherche dont les tutelles sont le CNRS/INSU, l’IRD, l’Université Grenoble Alpes (UGA) et Grenoble-INP. L’IGE constitue l’un des principaux laboratoires de l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Grenoble (OSUG) qui est une structure fédérative de l’INSU.

L’effectif moyen du laboratoire est d’environ 240 personnes, dont 145 membres permanents (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens et personnels administratifs) et environ 95 doctorants, post-doctorants et personnels en contrat à durée déterminée. Le laboratoire accueille aussi chaque année plusieurs dizaines de stagiaires et visiteurs scientifiques. Le laboratoire est installé sur trois sites du Campus universitaire de Grenoble (sites Molière, OSUG-B, et Bergès).

Thématiques scientifiques

L’IGE mène des recherches sur le climat, le cycle de l’eau, la cryosphère et les environnements naturels et anthropisés. Ces recherches visent à mieux comprendre les processus qui régissent le fonctionnement des différents environnements géophysiques (océan, atmosphère physico-chimique, cryosphère, bassins versants, zone critique), leurs interactions et réponses aux pressions anthropiques, ainsi que les processus d’adaptation et de résilience des sociétés.
Nos recherches sont développées dans le cadre de grands programmes scientifiques internationaux (CLIVAR, CLIC, CORDEX, GEWEX, Future Earth … ), et contribuent à nourrir l’expertise nécessaire pour les travaux du GIEC (plusieurs membres de l’IGE participent régulièrement aux rapports de synthèse du GIEC). L’IGE est directement impliqué dans plusieurs initiatives européennes ou internationales de grande ampleur (LTER/LTSER, ACTRIS, ENVRI+) visant à mettre en réseaux les données d’observation, et a vocation à jouer un rôle croissant dans le développement des services européens de surveillance de l’environnement et du climat (programme Copernicus).
Les principaux thèmes définissant l’identité scientifique de l’IGE sont :
• L’évolution passée et présente de la composition de l’atmosphère et les rétroactions entre chimie atmosphérique et climat ;
• Le rôle des zones polaires dans le fonctionnement du système climatique ;
• L’étude des glaciers et des processus hydro-glacio-météorologiques de montagne ;
• La circulation multi-échelles dans l’océan, les transports biogéochimiques et les échanges entre l’océan et ses milieux connexes ;
• Les processus et vulnérabilité de la Zone Critique pour une meilleure gestion et protection de la ressource et des milieux ;
• L’intensification du cycle hydrologique et ses interactions avec les sociétés.
Pour mener ces recherches, l’IGE s’appuie sur une stratégie combinant l’observation (observations de terrain, services nationaux d’observations, missions spatiales), le développement instrumental et la modélisation. Cette stratégie est articulée autour de trois axes transverses méthodologiques (Observations spatiales et télédétection ; Modélisation ; Instrumentation, Mesures et Analyses).

Terrains de recherche

La richesse de l’IGE s’exprime par la diversité des zones géographiques étudiées : nos grandes zones d’implantation géographique prioritaires correspondent à des « chantiers » dont les enjeux nécessitent la mise en place d’observations pérennes ou ponctuelles dans le temps, afin d’observer, comprendre et modéliser des systèmes en lien avec les changements globaux, leurs interfaces et leurs interactions. Nos grands terrains de recherche sont les zones alpines, polaires, l’océan global et les zones intertropicales. Pour ces dernières, il s’agit de traiter des questions scientifiques liées au développement durable et de les inscrire dans les priorités géostratégiques définies par l’IRD.
Chaque année, le personnel du laboratoire réalise des missions de plusieurs semaines à plusieurs mois dans les régions polaires (grâce à l’appui de l’IPEV) et participe régulièrement à des campagnes de terrain en lien avec des organismes partenaires. Par ailleurs, une dizaine de membres du laboratoire sont en affectation de longue durée, ou réalisent avec le soutien de l’IRD des missions longues en Afrique de l’Ouest (Bénin, côte d’Ivoire), en Amérique du Sud (Pérou, Bolivie, Equateur) et en Asie du Sud-Est (Vietnam, Népal), dans le cadre de chantiers développés avec des pays du Sud.

Implication dans les services nationaux d’observation et moyens labellisés

Au travers de l’OSUG, l’IGE anime plusieurs services nationaux d’observation et est impliqué dans des moyens labellisés par l’INSU, en particulier :
• Le SNO OHMCV (Observatoire Hydrométéorologique Méditerranéen Cévennes-Vivarais)
• Le SNO GLACIOCLIM (GLAciers : un Observatoire du CLIMat)
• Le SNO AMMA-Catch (Observatoire hydrologique, écologique et météorologique de long terme en Afrique de l’Ouest)
• Le SNO CLAP (CLimate relevant Aerosols from near surface observations)
• Le code de modélisation communautaire NEMO (Nucleus for European Model of the Ocean)
• La cellule forage-carottage glaciaire du C2FN (Centre de Carottage et de Forage National).

Participation à l’enseignement

Les enseignants-chercheurs et les chercheurs de l’IGE sont impliqués dans les enseignements de cinq composantes de l’UGA (Physique-Ingénierie-Terre-Environnement-Mécanique (PhITEM), l’Institut de Géographie Alpine (IGA), les IUT, Polytech et le Département Licence Sciences & Technologies (DLST)), ainsi qu’à une école de Grenoble INP (Energie – Eau – Environnement (ENSE3)). Le laboratoire est affilié aux écoles doctorales Terre-Univers-Environnement (TUE) et d’ingénierie IMEP-2.
Les personnels scientifiques de l’IGE sont très mobilisés par les formations internationales, dispensées à la fois dans le cadre des formations académiques, des missions dans les pays du Sud, ainsi qu’à travers des Ecoles thématiques (i.e. ERCA ; Water and Society ; Operational Oceanography). L’IGE est fortement engagé dans les actions de diffusion des savoirs et de vulgarisation de la Science vers le grand public, et participe activement aux actions du réseau académique lycée/université.

Gouvernance et organisation de l’unité

L’IGE est dirigé par Pierre Brasseur (Directeur de recherches au CNRS) aidé par quatre adjoints : Sandrine Anquetin (Directrice de Recherches au CNRS), Marc Descloitres (Ingénieur de Recherches à l’IRD), Gaël Durand (Chargé de Recherches au CNRS) et Jean-Luc Jaffrezo (Directeur de Recherches au CNRS). L’IGE est structuré autour de huit équipes de recherche, d’un service technique, d’un service des systèmes d’information, et d’un service administratif. L’IGE s’appuie également sur un conseil de laboratoire, un conseil au pilotage scientifique, et plusieurs chargés de mission (écoles doctorales, formation, prévention et sécurité, développement durable et communication).





Dans la même rubrique :