English

Accueil > IGE > Le mot du directeur









Rechercher



OSUG - Terre Univers Environnement

Le mot du directeur

par Administrateur - 4 mars 2014 ( maj : 3 janvier 2017 )

Quelle est l’origine du projet IGE ?

Pierre Brasseur, Directeur de l’IGE

L’IGE est le résultat d’une réorganisation des géosciences de l’environnement à Grenoble, qui a commencé il y a maintenant plus de 4 ans. Des recherches sur les différents compartiments du système climatique (cryosphère, atmosphère, océan, surfaces continentales) et du cycle de l’eau étaient menées à Grenoble par des équipes très à la pointe de la recherche internationale, mais rattachées à différents laboratoires grenoblois (en particulier LGGE, LTHE, LEGI). Nous avons progressivement rassemblé ces compétences au sein d’une même unité, ce qui permet aujourd’hui une étude davantage « systémique » du climat, du cycle de l’eau et des environnements anthropisés, plutôt que par « compartiments » ou milieux naturels. Aujourd’hui, les principales forces grenobloises en géosciences de l’environnement sont réunies au sein de l’IGE, même si des recherches connexes sont aussi menées dans d’autres structures (telles qu’IRSTEA et le CEN) avec lesquelles nous continuons à interagir de façon très étroite.

Quels sont les principaux défis à relever pour l’IGE ?

Un des défis majeurs est de mieux comprendre les interactions d’échelles qui interviennent dans le fonctionnement du système climatique et du cycle de l’eau, notamment pour mieux faire le lien entre l’échelle planétaire et les processus locaux que nous observons dans différentes régions de la planète. Il est important de bien comprendre comment les variations du climat, ou l’intensification du cycle hydrologique s’expriment aux échelles régionales voire locales, car c’est à ces échelles que l’Homme et les Sociétés perçoivent ces variations et adaptent leurs comportements. Il s’agit d’un objectif essentiel notamment pour faire le lien avec les activités humaines, les évolutions des sociétés et des technologies. Ces aspects constituent aussi un domaine que nous souhaitons développer à l’IGE, en particulier dans le contexte des défis sociétaux qui portent sur la ressource en eau, ou encore sur les énergies renouvelables, très tributaires des conditions environnementales et de leurs fluctuations.

Quelle stratégie pour atteindre ces objectifs ?

Pour rester à la pointe de l’avancée des connaissances et des techniques, l’IGE se veut être un attracteur de talents afin de maintenir au meilleur niveau les expertises et la forte reconnaissance internationale de nos équipes, mais également pour faire évoluer notre savoir-faire vers de nouvelles approches. Les objectifs visés par l’IGE pour les 20 prochaines années nécessiteront des compétences scientifiques et techniques nouvelles dans des domaines qui vont évoluer très vite, compte tenu par exemple de la miniaturisation des capteurs, de la multiplication des systèmes d’observation et de la révolution du numérique, qui va se traduire par l’arrivée massive de données nouvelles. Un autre axe de notre stratégie sera de s’ouvrir vers de nouveaux partenaires, par exemple dans le domaine des sciences humaines et sociales, mais également vers des acteurs du monde socio-économique avec lesquels nos recherches pourront prendre toute leur valeur.





Dans la même rubrique :