Observatoires

Les observations régulières sur de longues périodes ont été et apparaissent de plus en plus comme un dispositif incontournable en recherche fondamentale et en réponse à des engagements contractuels envers l’Etat. En effet, pour chacun des milieux naturels, il faut comprendre les mécanismes fondamentaux de fonctionnement, prévoir les évolutions possibles à différentes échelles de temps et construire des modèles qui devront assimiler des données fiables.
Pour mener à bien ces recherches et répondre aux attentes de la société, la communauté des sciences de l’Univers est investie d’une "mission de service" qui consiste en l’observation systématique des phénomènes naturels, afin de suivre leur évolution, la comprendre et la modéliser. Les données issues de ces observatoires sont mises à la disposition de la communauté scientifique internationale.

En sciences de l’Univers, l’IGE a la responsabilité de trois Services Nationaux d’Observation (SNO) de l’INSU et/ou de l’IRD (AMMA-CATCH, GLACIOCLIM et OHMCV) et participe au SNO CLAP. Il participe également à l’Observatoire de recherche en Environnement (ORE) Draix-Bléone. Ces services font partie d’Infrastructures de recherche (IR) française "Observatoire de la Zone Critique, Applications, Recherche" (OZCAR) et européennes "Long-Term Ecosystem Research in Europe" (eLTER) et ACTRIS (Infrastructure for the observation of Aerosol, Clouds and Trace Gases).

En sciences de l’Ecologie et de l’Environnement, l’IGE participe aux Zones Ateliers du bassin du Rhône (ZABR) et Alpes (ZAA) de l’INEE, eux-mêmes structurés en réseau ainsi qu’à l’Observatoire Homme-Milieux (OHM) Nunavik (Canada).

Voir aussi la rubrique "Observation" sur le site internet de l’OSUG.

[/Crédit bandeau : Vladi333shutterstock/]


AMMA-CATCH

http://www.amma-catch.org/Le SNO AMMA-CATCH est un observatoire hydrologique, écologique et météorologique de long terme en Afrique de l’Ouest, région hautement vulnérable aux impacts des changements climatiques et environnementaux. Il fédère trois sites de 10 000 km² chacun, en climat aride (Mali), sahélien (Niger) et soudanien (Bénin). Il est membre de l’IR française OZCAR et de l’IR européenne eLTER.
Lien sur le site (...)

Lire la suite

CLAP

Le service national d’observation « CLimate relevant Aerosol Properties from near surface observations » (CLAP) contribue au suivi des aérosols atmosphériques dans un contexte de changement climatique. Les sites de mesures sont situés en France, au Népal et en Bolivie. CLAP fait partie de la contribution française à l’Infrastructure de Recherche Européenne ACTRIS.

Lire la suite

Draix-Bléone

L’ORE Draix-Bléone vise à améliorer les connaissances sur les crues et l’érosion en montagne. Il est situé sur des versants pentus avec des lithologies sensibles à l’érosion dans les Alpes de Haute Provence. Il est membre de l’IR "Observatoire de la Zone Critique, Applications, Recherche" OZCAR et de l’IR européenne "Long-Term Ecosystem Research in Europe" eLTER.

Lire la suite

GLACIOCLIM

GLACIOCLIM (Les GLACIers, un Observatoire du CLIMat) a pour but de constituer une base de données glacio-météorologiques sur le long terme afin de comprendre les relations entre les variations climatiques et les bilans de masse glaciaires (analyse des flux de masse et d’énergie entre le glacier et l’atmosphère) dans les Alpes, les Andes et l’Antarctique. Ce SNO est inséré dans l’observatoire de la cryosphère CRYOBS-CLIM, les IRs OZCAR et (...)

Lire la suite

OHM-CV

L’Observatoire Hydrométéorologique Méditerranéen Cévennes‐Vivarais (OHM-CV) étudie les orages générateurs de pluies intenses et de crues‐éclair en région de moyenne montagne méditerranéenne, cet observatoire s’inscrit dans le programme international HyMeX. Il est membre de l’IR OZCAR et de l’IR européenne eLTER.

Lire la suite

Vallot

L’Observatoire Vallot a été construit par Joseph Vallot à la fin du 19ème siècle pour effectuer des observations glaciologiques, météorologiques, astronomiques à haute altitude. A sa disparition, il lègue en plus des très nombreux travaux qu’il a accomplis cet héritage immobilier unique dédié à la science. L’Observatoire construit sur le lieu-dit des "Rochers Foudroyés" sous le sommet du Mont Blanc revient au CNRS dans les années 1970 qui en transmet la gestion au Laboratoire de Glaciologie, désormais IGE. (...)

Lire la suite