L’encre qui coule de source : l’hydrologie dans la littérature

index_spip
Encre qui coule de source

Les écrivains font de l’hydrologie
Extraits commentés de textes


Le principe:

  • Un texte : On exclura a priori les écrits savants, même savoureux, qui ne sont pas innocents; on peut citer par exemple les explications de Léonard de Vinci, les écrits des encyclopédistes, ou encore les textes d’Élysée Reclus (« Histoire d’un ruisseau » !). Il y a aussi les descriptions des auteurs régionalistes, où l’auteur baigne dans une rivière bien précise; par exemple Maurice Genevoix (la Loire), Jean Giono (la Durance), Frédéric Mistral (le Rhône), Mark Twain (le Mississippi); on sélectionnera des extraits de ces œuvres dans la mesure où ils ont une portée plus générale.

    Il y a enfin les textes de « poètes » où l’auteur décrit l’hydrologie avec sa sensibilité, son ignorance (réelle?) des choses savantes, ou qu’il rapporte le sens commun. Ce sont ces textes qui seront privilégiés ici pour décrire simplement un aspect de l’hydrologie (la science autour du cycle de l’eau), avec ses mécanismes et ses impacts avec la société.
  • Des éléments de contexte s’il sont nécessaires pour accompagner le texte.

  • Une analyse du phénomène hydrologique décrit dans le texte. Il peut aussi s'agir d'une méthode utilisée dans notre recherche.

  • Une photo issue de nos recherches et libre de droits.
    Sauf précision contraire, toutes les illustrations dans les articles sont sous  licence Creative Commons Attribution (Philippe Belleudy) - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France. Sauf mention particulière, les vignettes des différents articles sont issues de Wikipedia, CC ou libres de droits.

  • Des précisions sur les références utilisées, des pistes pour aller plus loin, ou bien les liens vers d'autres articles de vulgarisation.

N'hésitez pas à me faire part des découvertes hydrologiques faites à l'occasion de vos lectures; aussi bien entendu de vos critiques sur les contenus !

C'est ici l'occasion de rappeler un travail qui va dans le même sens (mais qui est bien plus sérieux), et qui est tombé dans l'oubli:

Sommaire:


Céline -
Rigodon

Structure des écoulements dans la rivière

Mao Proust JulesVerne
(Mao, puis Proust, puis) Jules Verne -
Vingt mille lieues sous les mers

Hydrostatique, hydrodynamique et pente


... là que j'en ai appris un bout, je peux dire, de tous les petits secrets du fleuve, des berges et des sablières... là que j'ai appris, je craignais personne, les vraies finesses de la godille... j'ai su remonter, glisser au port, à la remontée de l'énorme courant, au milli! d'une cuillère, artiste! crois-le! un poil en deçà : le torrent t'emporte youyou, bonhomme, qu'un cri! fini! (...) À dix heures un quart, le capitaine Nemo prit lui-même la barre. Une large galerie, noire et profonde, s’ouvrait devant nous. Le Nautilus s’y engouffra hardiment. Un bruissement inaccoutumé se fit entendre sur ses flancs. C’étaient les eaux de la mer Rouge que la pente du tunnel précipitait vers la Méditerranée. Le Nautilus suivait le torrent, rapide comme une flèche, malgré (...)

(lire la suite) (lire la suite)
Prevert
Jacques Prévert -
Au feu et à l’eau !

Comment se protéger des crues ?
Rushdie
Salman Rushdie -
Luka and the Fire of Life : Les Oiseaux-Éléphants indiquent la source du Fleuve de la Vie

Méthode de traçage et finger printing
Dylan
Bob Dylan -
Blowin’ In The Wind

Profil d’équilibre d’une rivière
Ils ont crié A l’eau comme Au feu ou Au fou L’eau gagnant du terrain sous son oreiller d’herbes le cachait dans son lit tout comme un chien un os le planque dans son trou Ils ont crié A l’eau comme Au voleur on crie C’est alors qu’arrivèrent les Grands Bouilleurs de Crue Descendant de voiture ils incendièrent la ville et l’eau à toute vapeur  (...)
Ils approchaient du cours supérieur du Fleuve du Temps. Le cours inférieur large et paresseux était loin derrière eux, de même que le cours moyen et ses traquenards. En se rapprochant de sa source dans le Lac de la Sagesse, le cours du Fleuve aurait dû rétrécir et se changer en un ruisseau toujours plus mince. Et c’est sans doute (...) Yes, how many years can a mountain exist Before it’s washed to the sea? Yes, how many years can some people exist Before they’re allowed to be free? Yes, how many times can a man turn his head Pretending he just doesn’t see? The answer my friend is blowin’ in the wind The answer is blowin’ in the (...)
(lire la suite) (lire la suite) (lire la suite)

Rushdie
Héraclite -
Sur la nature


L’énergie hydraulique est renouvelable, mais est-elle sans reproche du point de vue environnemental ?
PaulValéry
Paul Valéry -
Louanges de l’eau

Les chemins de l’eau et la théorie économique du ruissellement
images/paul_auster.jpg
Paul Auster -
4321

Traitement des eaux
On ne peut pas se baigner deux fois dans le même fleuve. Toutes choses se répandent et de nouveau se contractent, s’approchent et s’éloignent.
Parfois, visible et claire, rapide ou lente, elle se fuit avec un murmure de mystère qui se change tout à coup en mugissement de torrent rebondissant pour se fondre au tonnerre perpétuel des chutes écrasantes et éblouissantes, porteuses d’arcs-en-ciel dans la vapeur. Mais tantôt, elle se dérobe et s’achemine, secrète et (...)
He remembered peeing with Bobby George one afternoon in the George’s backyard when they were five years old and Bobby turning to him and asking: Archie, where does it all go ? Millions of people and millions of animals peeing for millions of years, why aren’t the oceans and rivers made of pee instead of water ? It was a question Fergusson had never  (...)
(lire la suite) (lire la suite) (lire la suite)
Rushdie
Salman Rushdie -
Luka and the Fire of Life
: Les butées

Le bourrelet de berge, morphologie fluviale
Desproges
Pierre Desproges -
Sur le mur de la Cour du Havre


Le désir secret des hydrologues
IMG/jpg/francnohain.jpg
Franc Nohain -
L’homme qui cherchait la quadrature du cercle et celui qui crachait dans un puits

Ondes / Fluvial et torrentiel / Remous hydraulique
Le seul aspect positif de ce fleuve c’est que, au cours de milliers d’années, il avait déposé sur chacune de ses rives de hauts talus de terre qu’on appelait les Butées, de sorte qu’on ne voyait plus son cours à moins d’escalader une de ces digues pour apercevoir d’en haut le serpent liquide qui s’écoulait en dégageant son horrible (...)
Sur le mur de la Cour du Havre, à plus d’un mètre du sol, on peut lire sous un trait large peint à l’huile : « crue de 1910 ». On dit aujourd’hui que, par la grâce des ingénieurs des Eaux-et-Rivières susceptibles de hauts et de bas, Paris est désormais à l’abri d’un tel débordement. Et je dis que c’est triste. L’idée de mourir un jour sans avoir eu la chance de (...) Dessus la margelle d’un puits Un homme s’accoudait chaque jour, pauvre hère, (Son visage était grave et ses traits amaigris, Ses cheveux jadis noirs étaient devenus gris) ; - Il s’accoudait sur la margelle, et puis Il crachait des heures entières ; Il crachait dans le puits, il crachait, il crachait, Et la nuit seule l’arrachait A cette tâche singulière (...)
(lire la suite) (lire la suite) (lire la suite)
images/umberto_eco_04.jpg
Georges Brassens -
L'orage


Convection atmosphérique
La Fontaine
Jean de La Fontaine - Le loup et l’agneau

Convection et diffusion / torrentiel et fluvial / droit de l’eau
images/050506-godard.jpg
Haruki Murakami -
Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil


Transit du stock sédimentaire
Parlez-moi de la pluie et non pas du beau temps, Le beau temps me dégoûte et m’ fait grincer les dents, Le bel azur me met en rage, Car le plus grand amour qui m’ fut donné sur terr’ Je l’ dois au mauvais temps, je l’ dois à Jupiter, Il me tomba d’un ciel d’orage. La raison du plus fort est toujours la meilleure : Nous l’allons montrer tout à l’heure. Un Agneau se désaltérait Dans le courant d’une onde pure. Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure, Et que la faim en ces lieux attirait. Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ? Dit cet animal plein de rage : Tu seras châtié de ta témérité. – Sire, (...) Je la vis s’accroupir près du fleuve pour y laisser glisser les cendres. La petite poignée de fine poussière disparut en un clin d’œil au fil de l’eau. Shimamoto-san et moi, debout au bord du fleuve, suivîmes un moment des yeux la direction du courant. Puis ma compagne considéra sa paume quelques instants avant de laver (...)
(lire la suite)
(lire la suite) (lire la suite)
images/umberto_eco_04.jpg
Nasrudin -
La baignoire


Conservation et équation de continuité
images/rushdie.jpg
Gustave Flaubert -
Dictionnaire des idées reçues


Prédétermination - Mémoire du risque
images/050506-godard.jpg
François Truffaut & Jean-Luc Godard - Une histoire d’eau

Inondations et déplacements
Nasrudin avait acheté une baignoire et l’avait installée dans son jardin au bas duquel coulait une rivière. Un de ses amis le trouva en train d’aller chercher frénétiquement de l’eau à la rivière pour remplir la baignoire qui, par ailleurs, n’étant pas bouchée, se vidait par le fond. Nasrudin, ne vois-tu pas que la baignoire n’est pas bouchée et (...) Vieillard : À propos d’une inondation, d’un orage, etc, les vieillards du pays ne se rappellent jamais en avoir vu un de semblable.
Court métrage.
(lire la suite)
(lire la suite) (lire la suite)
images/umberto_eco_04.jpg
Umberto Eco -
Baudolino


Le transport solide par charriage et sa mesure par la méthode hydrophone

Rimbaud Rushdie
(Rimbaud, puis) Salman Rushdie -
Luka and the Fire of Life :
L’eau, quand elle coule, n’est jamais silencieuse.

Le bruit de l'eau : tourbillons et transport solide
images/voltaire.jpg
Voltaire -
Zadig ou la destinée

Hydrométrie
Là, par une fente, presque une blessure entre deux monts, on voyait le Sambatyon prendre sa source : un bouillonnement d’arène, un gargouillement de tuf, un égouttement de boue, un cliquètement d’éclats, un grondement de limon qui s’encaillotte, un débordement de mottes, une pluie d’argiles peu à peu se transformaient en un flux (...)
L’eau, quand elle coule, n’est jamais silencieuse. Les ruisseaux babillent, les cours d’eau gazouillent et un fleuve plus grand et plus large raconte des choses plus profondes et plus complexes. Les grands fleuves s’expriment sur une fréquence très basse, trop basse pour l’oreille humaine, même pour l’oreille des chiens qui sont incapables de (...)
Plein de ces idées, il se retira dans une maison de campagne au bord de l’Euphrate. Là il ne s’occupait pas à calculer combien de pouces d’eau coulaient en une seconde sous les arches d’un pont, ou s’il tombait une ligne cube de pluie dans le mois de la souris plus que dans le mois du mouton.
(lire la suite)
(lire la suite)
(lire la suite)
images/genevoix.jpg
Maurice Genevoix -
Rémi des Rauches


Espace de liberté et endiguement
images/william_henry_davies.jpg
William Henry Davies -
The Rain

Interception de la pluie
images/mallarme.jpg
Stéphane Mallarmé -
L’Azur


Convection dans l’atmosphère

Elle n’aime pas les hommes, disais-tu ? mais pourquoi les hommes la bravent-ils comme ils font ? Jour à jour, ils lui volent son domaine. Là où elle coulait hier, ils viennent et sèment leur blé, plantent leur vigne et construisent leurs maisons. Ils ramassent l’argile limoneuse, le sable même qu’elle a laissé, les amoncellent sur sa rive et lui (...) I hear leaves drinking rain; I hear rich leaves on top Giving the poor beneath Drop after drop; ’Tis a sweet noise to hear These green leaves drinking near. And when the Sun comes out, After this Rain shall stop, A wondrous Light will fill Each dark, round drop; I hope the Sun shines bright; ’Twill be a lovely sight.
De l’éternel Azur la sereine ironie Accable, belle indolemment comme les fleurs, Le poète impuissant qui maudit son génie A travers un désert stérile de Douleurs. Fuyant, les yeux fermés, je le sens qui regarde Avec l’intensité d’un remords atterrant, Mon âme vide. Où fuir ? Et quelle nuit hagarde Jeter, lambeaux, jeter sur ce mépris navrant ? (...)
(lire la suite) (lire la suite) (lire la suite)
images/sardou.jpg
Michel Sardou -
La pluie de Jules César


Cycle hydrologique et physique moléculaire
images/marcel_proust_1895.jpg
Marcel Proust –
Du côté de chez Swann

Macrophytes et macrostructures turbulentes

Jonathan_Swift
Jonathan Swift –
Gulliver's Travels

Modélisation analogique

Il est mort aujourd’hui. Y a pas de quoi s’en faire. Il est comme la pluie : Il retourne à la terre. Il va nourrir le blé Dont tu feras le pain. Il n’y a pas, Il n’y a pas De fin. Bientôt le cours de la Vivonne s’obstrue de plantes d’eau. Il y en a d’abord d’isolées comme tel nénufar à qui le courant au travers duquel il était placé d’une façon malheureuse laissait si peu de repos que, comme un bac actionné mécaniquement, il n’abordait une rive que pour retourner à celle d’où il était venu, refaisant éternellement la double (...)
Another day, Glumdalclitch left me on a smooth grass- plot to divert myself, while she walked at some distance with her governess. In the meantime, there suddenly fell such a violent shower of hail, that I was immediately by the force of it (...)
(lire la suite) (lire la suite) (lire la suite)
images/chatillez.jpg
Étienne Chatillez -
La vie est un long fleuve tranquille

Régime hydrologique / Morphologie fluviale
Dieu
La Bible -
Livre de l'écclésiaste

Tout est vanité !
images/pierre-dac-90.jpg
Emmanuel Kant & Pierre Dac


à suivre....


Mais enfin Maman ! (...) Vanité des vanités, dit l’Écclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité. Quel avantage revient-il à l’homme de toute la peine qu’il se donne sous le soleil ? Une génération s’en va, une autre vient, et la terre subsiste toujours. Le soleil se lève, le soleil se couche ; il soupire après le lieu d’où il se lève de (...) (...) toute chose finie n'est jamais entièrement achevée tant qu'elle n'est pas complètement terminée.
(lire la suite) (lire la suite) (lire la suite)